D'abord, avant de continuer le récit de mes petites aventures, je voulais préciser que mon intention n'est pas de tailler un short à M6 ou à qui que ce soit , mais simplement de vous permettre de légèrement replacer dans leur contexte les émissions, où certaines attitudes, faits ou commentaires peuvent parfois surprendre, et ne rendent pas forcément hommage aux personnes qui les prononcent... Ceci étant dit, on reprend!

Le casting est donc fini, le tournage peut commencer! Le week-end d'avant, je fais un mega test du diner sur ma cobaye-family, et c'est... plutôt foireux! Apéro vraiment pas terrible, entrée correcte, plat pas mal, dessert moyen... mmouaif! Surtout en le faisant, je suis au bord du gouffre, hyper stressée et avec une envie de chialer quasi incrontrôlable. Ca s'annonce mal! Heureusement, la famille est là pour me remettre un peu en place, et me dire que ça ne vaut pas le coup de se mettre une pression pareille. Pas faux! Mais, dur pour moi d'accepter l'échec...

La semaine commence, première lecture menu: ça envoie du gros pâté!!! Merde, c'est mal barré, dès le début, on sent le gros level de cuisine, c'est bien girly, ça me plaît! Je suis hyper stressée, en mode bien mal au bide avant d'y aller. Il fait une CHALEUR A CREVER... Et ça c'est pas négligeable, parce que ça nous a poursuivi toute la semaine!  Me voilà donc devant la première maison, prête à entrer... PRESSSSSSSSSION! Allez, je sonne, Elodie m'ouvre la porte, très souriante et accueillante. S'ensuit un dîner dont vous avez peut-être vu la diffusion. Les commentaires que j'ai fait ont été plutôt bien respectés, exceptés pour le homard, où je m'étais extasiée sur la cuisson, et où ils n'ont gardé que la phrase disant que le combava avait flingué le homard. Bon. Parlons donc un peu des commentaires.

3. Les commentaires

Je ne vais parler ici que de ma propre impression concernant les commentaires. Elle n'engage que moi, et est basée sur mon ressenti par rapport aux interviews et à la diffusion des émissions. Globalement, jamais on ne nous a demandé de critiquer ou d'être désagréable, MAIS, les questions qu'on nous pose sont extrêmement précises, et, je trouve, clairement orientées vers la critique.  Globalement, faut pas se mentir, les télespectateurs aiment quand même bien avoir des gens à détester, donc montrer l'école des fans de la cuisine, ça n'intéresserait personne... that's why, on nous pousse à être critique. Bon, maintenant, je suis assez partagée là-dessus, parce qu'autant concernant le diner de Yann, n'ont été gardées que les petites phrases assassines de ma part, en laissant de côté tous les compliments dits (c'était tellement dingo ce qu'on a mangé!), autant le reste de la semaine, le montage était plutôt sympa pour moi. Bref, je ne sais pas tellement quoi en penser. D'un côté, c'est clair qu'il y a tellement d'heures de filmées qu'on peut en faire ce qu'on veut... En même temps, je trouve que j'ai été globalement très épargnée par le montage.

Nous rentrons chez nous à 3h... Complètement dead le lendemain matin (faut savoir que Pépé et moi nous couchons souvent vers 23h les soirs de folie...), je m'occupe de faire les courses (grosse partie au carrouf du coin, faut pas déconner non plus!) et d'acheter les fleurs pour faire mes bouquets (oui, oui, j'avais fait tous les bouquets, et celui de yann aussi! ^^), et de préparer le max de déco, d'apporter tout ce dont j'ai besoin chez mes parents, puis lecture menu: soirée blanche, paf du turbot (comme moi), et merde, ça a encore l'air foufou! Bon, quand faut y aller...

Le soir, c'est du coup chez Yann, qui a une maîtrise exceptionnelle du produit, qui arrive vraiment à sublimer tout ce qu'il touche, bref un grand moment gustatif...Un peu déçue de ne pas l'avoir eu avec nous à table, la note d'ambiance s'en ressent (6)... Pour moi, le Masterchef de la semaine. En même temps, je crois vraiment que Yann s'en fichait de gagner, c'était pas vraiment pour ça qu'il le faisait. Plus pour le kiff, et vraiment la bouffe. Il le méritait pourtant amplement, mais c'est le jeu ma pauv' Lucette...

En sortant de là, je dois me rendre compte que demain est mon grand jour: pffffffff... (déprime!)!

A demain pour la suite des aventures...